Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2011

Un remake de la partie de cartes au congrès de Marseille

Storytelling "futuriste" about experts-comptables

PX105068.jpgLE SCRIBE SUMMER

L'acte d'écrire était devenu rare. Songez-y ! Apposer la pointe d'un stylet sur un matériau de conscience devenait aussi irréversible qu'au temps des scribes.

N'avaient-ils pas inventé la comptabilité qui traverse le temps : des boulettes d'argiles à casser contre un rocher pour découvrir le contrat passé entre deux bergers sur le nombre de tête de bétail. 4000 ans plus tard, alors que tout le monde était connecté dans une “Be-sphère de fluide de connaissance permanente“, beaucoup avaient oublié comment écrire et parler même leur langue. Beaucoup ne savaient plus répondre aux QCM d'impôts ou même de “déclaration d'envie de vie“. Alors les CSOE étaient là pour transcrire, décrire, pré - s - crire, encrire, ancrire, sus- crire et même s'écrier. Toutes ces formes d'expression étaient micropayantes. Parfois certains sentiments s'exprimaient à travers l'offre Cyrano à la base de nombreuses idylles fructueuses.

Ces menus actes composaient un véritable flot de nouveaux média : à une époque où personne ne s'engageait plus, ils témoignaient d'une véritable existence de désir et d'acte : mélange de la tradition orale grecque et de la comptabilité des années 80 (déïfiée parce qu'inscrite en caractère fluorescents).

La plus grande invention après les chiffres et les lettres fût l'unité de sens CSOE. Seule capable de contenir le passé - le présent et le futur en son seing. Seule écriture vivante capable de progrès et de changer l'ordre des choses.

 

POINTILLISTE

Gwen est peintre en portrait d'entrepreneur. Avec son pinceau elle dresse les contours de la personnalité de chacune de ses “Activités-clientes“. C'est elle et elle seule qui dans son secteur géo est apte à trouver l'âme idéale pour diriger LES SOCIETES. C'est un peu comme si un agent immobilier s'était mis en quête de l'habitant idéal.

Une petite touche de rouge pour du Colérique-Sanguin, un peu de glam en violet, du sens de l'image, et du sens de la mesure pour ce petit patron de PME en Carte Postale 4 dimensions au Yémen. Une fois le portrait réalisé, il peut coller ou ne pas coller avec une personne existante. Alors, il ne lui reste qu'à demander à Milton, le “trouveur-dénicheur de “Patron-à-ta-taille“, un entrepreneur capable de faire fructifier cette petite entreprise.

De toute façon, elle faisait déjà un peu DRH pour les petites entreprises quand elle était jeune il y a vingt ans.

Ce dont-elle était fière : elle avait réussi à intervertir les rôles aujourd'hui dans cette masse d'activités imaginées : c'est elle qui choisissait l'âme idéale. D'ailleurs n'avait-elle pas prêté serment d'aimer toutes ses créations ?

 

LITTLE BUSINESS SUNSHINE

Emilie roule tranquillement à vive allure en conduite énergétique - son Mobile home se déplaçant au gré des réalités comptables ses clients. Dans la grande ville comme à la campagne, elle déploie son stand de services en abaissant la grande vitrine.

Dès qu'elle ouvre son camion, les clients se précipitent pour lui demander des comptes....

Elle avait baptisé son business LA BARAQUE A FRIC. Dans son camion, ça sentait bon l'huile de coude et le calcul mental, mais le mieux c'est les discussions entre clients au comptoir. Quel club ! Ce n'était pas gagné car à l'époque ou elle avait décidé de faire ce métier, l'argent était tabou dans ce pays ! Pourtant elle avait décidé d'en faire son métier, d'être disponible et de le montrer de surcroît en plein milieu de la place de la mairie !


SPEED COMPTA

La vente flash se termine dans 4s, et Olivie rachète in extremis une entreprise pour 70K €, avec le pack Start-to-Go de CSOEC elle pourra redémarrer l'activité dans les 3 heures, le temps que s'implémente le “Grand Greffe“. Elle choisit sur Catalogue un OEC près de chez elle - il a une bonne bouille et il a l'air méticuleux, et son nom a fait le reste Jack Russell.

Son mini CV dit que Jack Russel s'est spécialisé dans les actes courts et rapides. Il a fait fortune dans la convergence des micros intérêts communs. Waouh en plus il a une grosse moto et se déplace !

Ca y est, elle raccorde ses antennes à la grande Matrice. Les flU-RSS arrivent déjà chez Jack Russell, le flot de données comptables immédiates est forcément exact puisqu'il n'y a plus d'écart entre la réalité bancaire et la vie de l'entreprise comptable. Dans chacun des actes bancaires, une sous couche d'information ADNC cryptée était présente et chaque acte se range dans la bonne case comptable. On agit et on rentre immédiatement dans le flot-comptable-réel car la banque – comme d’autres métiers - a fusionné avec le CSOEC.


AMBIVALUE

En 1723, il n'y a pas un seul secrétaire particulier Trésorier-Personnel qui ne soit du sexe masculin. En 2063, il ne reste que 453 experts comptables mâles AU MONDE. Les femmes se sont pleinement emparé de cette poly-profession, sans doute en raison du caractère poly-valent et poly sensoriel du métier. Pouvoir penser deux réalités distinctes TANGIBLE ET INTANGIBLE au même moment, mêler le caractère humain et l'abstrait des chiffres, posséder le don d'ubiquité, être pragmatique dans le futur et rêveur du temps présent. Savoir utiliser les mêmes outils pour une grande entreprise et un seul homme Tout seul, avoir la vision de l'organisationnel du complexe et aussi du singulier particulier. LES OEC sont devenus une sorte de secte mi-religieuse mi-mathématique, les Enhanceurs, Les Embedded et les Emporewed étaient leur 3 familles de pensée. Ces 3 familles étaient réunies au congrès international des Jardiniers de L'intangible. Le grand collège pour répondre à une question philosophique formulée en ces termes : Nous leurs avons appris à compter, nous leurs avons appris à investir et à dépenser, nous leur avons appris à exister et à respirer, et à être comptable de tout cela. Nous leur avons appris prospérer. Mais comment nous sommes-nous fait payer de chacun de ces actes ? En étaient-ils conscients ? Et qu'avons nous pris au passage ? Comment avons-nous pu oublier de prendre des Fees sur la réalité ?


LA BOUTIQUE DE L’INTANGIBLE

Marc EC de son état, s'occupait de faire pousser ses jeunes pousses dans la pépinière des bonnes affaires. Il s'occupait aussi soigneusement de vieilles activités juteuses qui s'essoufflaient dans le terreau du marché local. Sophie elle, s'occupait de l'organisation complexe d'une Grande Firme. Contrairement à Marc elle n'avait qu'un seul Grand Compte. La différence entre Marc et Sophie c'était une grandeur scalaire : lui était un modeste jardinier de l'intangible et elle une chirurgienne des actifs incorporels. Avec elle ça taillait vif dans la chair. Leur couple battait un peu de l'aile : toute cette gymnastique entre les potentiels personnels et la mécanique des fluides de l'entreprise, les plongeaient parfois dans un profond désaccord entre eux. Alors, ils ont décidé de se mettre au vert et de se prendre un petit commerce. Avec “Pignon sur rue et une grande vitrine“ avait dit Sophie. La boutique de l'intangible était née. C'était un bel endroit, ouvert sur le monde, un cabinet-cantine avec un espace grand compte war room et un coin cosi pour les invité solo. Dans un coin du salon, tout près des caisses enregistreuses il y avait un joli présentoir de prêt-à-compta. Tout droit devant le chaland était obligé de remarquer le PartnerBook, un mur de visages qui représentait les partenaires idéals du client. Le chaland suivait Sophie, émerveillé de voir sur les murs et dans les étagères tous ces produits d'expertises en tout genres. Sophie s'enfonçait dans le néo-cabinet un large couloir distribuait sept pièces. Sept Bureau. Sophie et son Chaland rentrèrent dans l'un deux.