Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2013

Passez par la case RESEAUX SOCIAUX pour exister (encore) en 2018

homme invisible.png

« Votre cabinet est ainsi aujourd’hui, car il est comme vous l’avez imaginé hier » (Auteur inconnu)

 

En 2013, activités perso & professionnelle sont aussi importantes sur les nouveaux médias sociaux, que la vie réelle (en anglais IRL). Si beaucoup ont encore en tête des usages ludiques des réseaux sociaux (il y a quelques années), aujourd’hui ceux-ci sont en train de modeler plus ou moins directement nos activités et celles de nos clients.

Certes on peut faire la sourde oreille et se contenter d’une communication classique, « les yeux dans les yeux » avec une plaquette donnée en mains propres. Toutefois, les nouvelles générations d’entrepreneurs (qui sont de plus en plus jeunes) débarquent avec leurs façons à eux (et bien sûr à elles…) de travailler. Les nouveaux collaborateurs que tout le monde souhaite tant fidéliser sont également sensibles aux démarches des employeurs synchro avec leur temps (cf. marque employeur).

Pour continuer à exister d’ici 2018, il faut arrêter de reculer et se lancer dans cette nouvelle communication. A trop attendre on finit par être hors-jeu et on prend du retard.

Exister passe par l’intégration de la culture des réseaux sociaux (mais aussi la culture full digital) dans la stratégie des cabinets. Bien sûr beaucoup de cabinets se sont déjà lancés dans l’aventure et sont ultra présents sur les Réseaux sociaux, mais cette transformation concerne tout le monde !

On se met en position de risque en ignorant ce que l’on dit de vous sur les réseaux sociaux ou si l’on n’a pas un dispositif de veille sur ses concurrents. Si vous tapez le nom de votre cabinet dans Google et que vous n’apparaissez nulle part, c’est un signal à ne pas prendre à la légère. Ne pas être visible et ne pas prendre soin de son e-réputation, c’est le risque de ne pas capter de nouveaux flux entrants de clients. Sombrer dans l’anonymat alors que toutes les enseignes de la profession comptable revoient leurs axes stratégiques et leurs lignes de produits, c’est une forme de marginalisation rampante.

S’il est courant d’assimiler la gestion de réseaux sociaux à des problématiques d’informaticiens, de geeks ou de jeunes (dire Génération Y), dans la pratique la stratégie de communication virale s’appuie avant tout sur du contenu éditorial. Ce qui prime c’est le discours de la marque du cabinet, ses activités, ses réflexions, ses projets, ses idées, son expérience du tissu économique etc La publication des différents contenus éditoriaux du cabinet sur les réseaux sociaux n’est qu’un aboutissement matériel, qui ne peut exister que s’il y a en amont un vrai positionnement du cabinet sur ses différents marchés.

Mais contrairement à un monde 1.0 où les outils de communication vont vous « coûter un bras », l’univers des nouveaux médias sociaux fonctionne uniquement avec du « jus de cervelle » et de la pugnacité. Un univers accessible que le cabinet compte 2 personnes ou 1000 personnes. Un accès libre sans barrière à l’entrée, sous réserve d’un peu de volontarisme.

Envie d’être (encore) présent sur le marché de la profession comptable en 2018 ? Envie d’être visible ? Contact professioncomptable@gmail.com

Les commentaires sont fermés.